EN 
   |    Books   |    Videos   |    Join us   |    Login   |    More
   

Blog, comment, reply, share links, ideas, videos, pictures and podcasts

 

Félicien Kabuga, 87 ans, le plus vieux détenu de France!


<b>Félicien Kabuga, 87 ans, le plus vieux détenu de France!</b>Monsieur Kabuga est sans nul doute, à ce jour, le détenu le plus âgé de France, et cela n’est pas à l’honneur de ce pays et de sa justice!
Depuis le jour de son arrestation à Asnières-sur-Seine le 17 mai dernier, un homme âgé de 87 ans est emprisonné et menacé d’extradition vers Arusha, en Tanzanie. Cet homme, c’est Félicien Kabuga, que les grands médias se sont plu à présenter comme le « financier du génocide des Tutsi de 1994 ». Avec une telle présentation, ce vieil homme n’avait aucune chance de susciter la sympathie du public. Les grands médias, dans cette affaire, ont fait preuve d’un flagrant manque d’objectivité. Ils se sont contentés de relayer les accusations portées contre Félicien Kabuga, sans chercher à les vérifier. Pire, nombre de ces médias, à commencer par Radio France Internationale, n’ont pas hésité à servir de porte-voix au régime de Kigali, en interviewant des officiels rwandais et des responsables d’associations à la solde dudit régime. Ils n’ont jamais tenté d’entrer en contact avec des proches de l’accusé. Ils n’ont pas essayé d’analyser les charges retenues par le Tribunal Pénal International pour le Rwanda contre Félicien Kabuga à la lumière de la jurisprudence des précédents procès qui se sont tenus devant cette juridiction internationale. Rappelons que le TPIR fut créé spécialement pour juger les auteurs de crimes contre l’humanité et autres crimes de génocide commis au Rwanda en 1994. S’ils l’avaient fait, ces grands médias se seraient rendus compte que ces accusations, émises sur la base du dossier concocté et transmis par le régime de Kigali voici plus de vingt années, ne tiennent pas. Mais le plus abominable est que ces grands médias ont foulé aux pieds le principe de présomption d’innocence. Et si, comme je le crois, Félcien Kabuga était innocent des crimes dont on l’accuse? Et si cet homme âgé et malade, qui ne comprend pratiquement pas le français, venait à décéder en prison, durant ou après son transfert à Arusha? Les journalistes de ces grands médias pourront-ils dormir tranquille? La Justice aura-t-elle avancé, si Monsieur Kabuga venait à mourir en détention avant la tenue de son procès? Pour ma part, je souhaite que le procès puisse avoir lieu, et j’ai cru comprendre que c’était aussi le désir exprimé par Félicien Kabuga. Un tel procès serait une occasion historique de démonter une à une les charges retenues contre l’accusé et, au-delà de son cas personnel, de mettre en lumière le rôle joué par l’ancienne rébellion du Front Patriotique Rwandais (au pouvoir à Kigali depuis juillet 1994) dans la tragédie rwandaise, en particulier dans le déclenchement du génocide de 1994. Toutes les tentatives pour que le TPIR enquête sur le rôle du FPR ont échoué, les Procureurs qui se sont succédé à Arusha ayant toujours soit refusé, soit ils ont été dans l’impossibilité de diligenter la moindre enquête. Le régime de Kigali, soutenu en cela par ses puissants parrains qui lui avaient permis d’accéder au pouvoir, a toujours fait obstacle à une telle investigation. Ce régime a même obtenu qu’une procureure qui avait eu des velléités d’enquêter soit démise de ses fonctions! Mais pour que le procès de Félicien Kabuga puisse se dérouler dans de bonnes conditions, il faudrait qu’il puisse se dérouler en France. D’abord pour que l’accusé n’ait pas à subir un épuisant transfert vers Arusha, où il serait détenu loin des siens et dans l’isolement. Ensuite pour permettre à cet homme âgé de bénéficier d’une libération conditionnelle et de pouvoir résider chez ses enfants, sous contrôle judiciaire. Une telle mesure augmenterait certainement les chances de voir un procès Kabuga avoir lieu un jour. Pourquoi vouloir transférer cet homme à Arusha? Le TPIR, qui siégeait effectivement dans cette ville du nord de la Tanzanie, a fermé définitivement ses portes le 31 décembre 2015.  Les juridictions nationales des pays concernés peuvent donc, sans enfreindre le droit international, juger les personnes qui auraient dû relever du TPIR. Certains, bien sûr, souhaiteraient que Félicien Kabuga soit jugé dans son propre pays, là où les crimes qui lui sont reprochés auraient été commis. Mais ceux qui connaissent la réelle nature du régime en place à Kigali savent très bien que l’accusé aurait toutes les chances d’être condamné avant même d’avoir mis les pieds au Rwanda. Dans ce pays, la justice est aux ordres du dictateur au pouvoir depuis 26 années. Dans ce pays, des opposants ou supposés tels ont été condamnés à de très lourdes peines de prison lors de procès à grand spectacle qui n’offraient aucune garantie à la défense. Dans ce pays, de nombreux détenus sont morts en prison (ou lors de soi-disant tentatives d’évasion!) dans des conditions suspectes avant même que leur procès ait pu avoir lieu. Au vu de tout ce qui précède, il faudrait donc que le procès puisse avoir lieu en France, pays où M. Kabuga a été appréhendé et où il est depuis détenu. Je souhaite donc que la Cour de Cassation annule la décision de justice du 3 juin dernier  approuvant l’extradition vers Arusha. Mais surtout, il faudrait que Félicien Kabuga puisse bénéficier au plus vite d’une mesure de libération conditionnelle. Depuis quand, en France, emprisonne-t-on des personnes malades et âgées de 87 ans?

Source:


354 786
Hide all comments (7)Login or register to comment
Jean Mum 2020-07-02 at 13:37

Le FPR est coupable de purification éthnique et de crimes contre l'humanité tant au Rwanda qu'en RDC Congo.

Cartographie des Crimes du FPR dans la Région des Grands Lacs



Like  Reply    1
Jean Mum 2020-07-02 at 13:24

The Rwandan Patriotic Front started the genocide against the Hutu way before 1994.

Major Mupende gives names of RDF officers involved in massacres


Major Mupende gives names of RDF officers involved in massacres
Like  Reply    1
Cathy Vikulchik 2020-06-13 at 00:20

Through unparalleled interviews with RPF defectors, former soldiers and atrocity survivors, supported by documents leaked from a UN court, Judi RRever, a Canadian investigative journalist, brings us the complete history of the Rwandan genocide. Before and after the genocide of Tutsis by extremist Hutu Interahamwe militiamen, Tutsi extremists led by Kagame and the armed forces of the Rwandan Patriotic Front also killed and are still killing innocent Hutus, ruthlessly, in quiet and in the dark. The International Community must continue to stand up for justice, take action and bring the perpetrators of both genocides, including Paul Kagame, Kayumba Nyamwasa and other top RPF commanders, to justice.

In Praise of Blood - The Crimes of the Rwandan Patriotic Front by Judi Rever



Like  Reply    1
IcelandFisherman 2020-06-13 at 00:02

Dans son livre «Rwanda, la vérité sur l'opération Turquoise Quand les archives parlent», Charles Onana démontre : Le FPR et Paul Kagame ont empêché la communauté internationale d'intervenir pour arrêter le génocide Rwandais de 1994. Les dirigeants actuels du Rwanda ont, pendant plus de deux mois( d'Avril à Juin 1994), empêché l'intervention de l'ONU, encourageant ainsi les massacres plutôt que l'arrêt des hostilités et le partage du pouvoir, comme le prévoyaient les accords de paix signés en 1993 à Arusha.

Rwanda, la vérité sur l'opération Turquoise Quand les archives parlent, par Charles Onana



Like  Reply    1
IcelandFisherman 2020-06-13 at 00:00

The UK government's letter to the President of the United Nations General Assembly. "We strongly support the remembrance of victims of the 1994 Rwandan genocide and believe it is important to ensure that these commemorations recognise all victims...We disagree with the framing of the genocide purely as the «1994 genocide against the Tutsi»...We believe that Hutus and all others who were killed should also be recognised"

The United Kingdom's official position on the 1994 Rwandan genocide



Like  Reply    1
IcelandFisherman 2020-06-12 at 23:58

Le général Emmanuel Gasana alias Rurayi et le moniteur agricole Tom Ndahiro alias Peter Mahirwe (autoproclamé "chercheur"), tous membres the l'ethnie Tutsi, auraient revêtu les uniformes de la jeunesse du MRND pour inciter à tuer massivement les tutsi sur les barrières!

Le général Emmanuel Gasana alias Rurayi et le moniteur agricole Tom Ndahiro alias Peter Mahirwe (autoproclamé "chercheur") auraient revêtu les uniformes de la jeunesse du MRND pour inciter à tuer massivement les tutsi sur les barrières!



Like  Reply    1
IcelandFisherman 2020-06-12 at 23:56

Lt Abdul Ruzibiza, a high ranking officer in Paul Kagame's RPF army, wrote a damning book "L'histoire secrete" in which he was critical of President Kagame and the ruling RPF party. The book among many accusations claims the RPF was behind the downing of President Habyarimana plane on April 06 1994 – which culminated into the Genocide against Tutsis. Ruzibiza became a key witness of French Judge Jean Louis Bruguiere who indicted 9 Rwandan officials in November 2006 over the shooting of the plane. He died mysteriously in Norway in 2010

Lieutenant Abdul Ruzibiza: Kagame a sciemment provoqué le génocide contre les Tutsis.



Like  Reply    1
 
12345678910  Next