EN 
   |    Books   |    Videos   |    Join us   |    Login   |    More
   

Blog, comment, reply, share links, ideas, videos, pictures and podcasts

 

Hitler et Kagame, la GESTAPO et le Rwanda Investigation Bureau: deux jumeaux séparés par le temps et l'espace.


<b>Hitler et Kagame, la GESTAPO et le Rwanda Investigation Bureau: deux jumeaux séparés par le temps et l'espace.</b>Le RIB nous rappelle la GESTAPO qui avait comme mission 'de rechercher toutes les intentions qui mettent l'État en danger, et de lutter contre elles'
57 
"Ayant travaillé sur l’histoire de mon pays, l’Allemagne et plus particulièrement le Troisième Reich, j’ai été subjugué par la similitude entre la GESTAPO ... et les services secrets du Régime du Front patriotique Rwandais dirigé par le général Paul Kagame.", écrit Reinhard  Müller, journaliste d’investigation Allemand. Lors de l’arrivée au pouvoir en janvier 1933 du  parti NAZI, parti fondé par fondé en 1920 et dirigé par Adolf Hitler, ses cadres mirent en place une politique de répression agissant sous trois axes : l'écartement, l'internement et l'élimination des opposants politiques en dehors de tout cadre légal.  Kagame prit le pouvoir au Rwanda en 1994, après un bain de sang sans précédent dans l’histoire de ce pays, tragédie dans laquelle il  joua un rôle de premier plan. En effet, c’est lui-même qui donna l’ordre d’abattre l’avion de son prédécesseur Juvénal Habyarimana. Malgré ce passé sombre et surtout le présent très inquiétant, le Führer noir reste au pouvoir, car au-delà des tragédies tropicales, il y a des enjeux économiques occidentaux. Conforté dans sa gouvernance et le pillage des ressources du Congo voisin, le régime rwandais pratique sans scrupules les trois principes de la GESTAPO:  l’écartement : démissions forcées des autorités indésirables dont des ministres, l’internement: cas de l’opposant Barafinda, président du parti RUDA et l’élimination des opposants tant  au Rwanda qu’à l’extérieur. Son arme de terreur est le Rwanda Investigation Bureau. Le RIB nous rappelle la GESTAPO qui avait comme mission 'de rechercher toutes les intentions qui mettent l'État en danger, et de lutter contre elles, etc..' Telles sont les pratiques actuelles du RIB qui se dit officiellement chargé de 'prévenir, détecter, enquêter et répondre aux menaces de criminalité actuelles et émergentes, etc,  afin de faire respecter l'état de droit'.   On comprend aisément comment le RIB assassine les cibles de Kagame sans autre forme de procès. Beaucoup croient que l'assassinat de Kizito Mihigo visait à faire taire l’opposition de l’intérieur du pays. "Aujourd’hui, c’est Kizito. Je pense que demain ce sera maitre Bernard Ntaganda, ou bien quelqu’un d’autre dans l’opposition.", dit Bernard Ntaganda, un membre de l'opposition. L'opposant lance un message : "La mort de Kizito, comme celle des autres qu'on a assassinés, ne nous fera jamais reculer parce que nous avons une cause noble qui a un intérêt pour les Rwandais." Un des tortionnaires de Kizito Mihigo, Théos Badege, serait dans les remparts d'Interpol à Lyon, France. Badege doit rendre compte à un tribunal et être traité comme il se doit --comme un assassin.

Source:


26280
 
12345678910  Next